Digiprize 2: Le Grand Prix, Heavy M, en voyage dans la Silicon Valley

IMG_2088

A l’annonce des résultats du concours Digiprize, nous n’en revenions pas… nous allions réaliser notre rêve : visiter San Francisco ! Cette joie s’est réellement intensifiée à la descente de l’avion. Ça y est, nous y étions. Pour nous, ingénieurs entrepreneurs, cela signifiait partir sur les traces des sociétés comme Facebook et Google qui sont en train de changer le monde.

Cette capitale des nouvelles technologies nous a incroyablement enchanté, tels des enfants dans un parc d’attraction. L’informatique y a une place très importante et nous avons pu constater la rapidité d’adaptation de la population face à des technologies comme l’Apple Pay, qui venait à peine d’être lancé.

Nous avons pu visiter des lieux emblématiques de la côte ouest américaine comme le Golden Gate Bridge ou Haight-Ashbury. Pour les grands amateurs de films que nous sommes, c’était se replonger dans les classiques qui ont marqué notre enfance : Madame Doubtfire ou The Game. A l’université de Berkeley, les étudiants nous ont réservé leur meilleur accueil : chaleureux et très sympathique. Nous avons visité en leur compagnie les principaux sites du campus comme la bibliothèque et les bâtiments où ils logent. La vie en communauté y semble très animée et décontractée. Nous pensons ainsi que c’est grâce à ces conditions que les étudiants peuvent donner le meilleur d’eux-mêmes.

IMG_2146

HeavyM, le produit que nous développons actuellement, trouve des applications dans l’art numérique. Il s’agit d’un logiciel qui permet de projeter des animations visuelles sur des volumes tels que des décors, des éléments d’architecture ou des sculptures :cette technique particulière de projection est appelée vidéo-mapping. Au cours de notre visite de la Gray Area Fondation, un véritable centre du “Media Art” de la ville, un vernissage présentait les oeuvres réalisées par des étudiants grâce au vidéo-mapping. Tous les projets étaient des installations interactives intégrants des capteurs comme par exemple des Kinect. Le public peut ainsi participer à l’oeuvre en déclenchant des sons ou des images grâce à sa présence. Nous avons une nouvelle fois beaucoup échangé avec des étudiants curieux, passionnés et impressionnant par leur créativité.

IMG_1969

Enfin, les rencontres avec des entreprises françaises à San Francisco, comme Kwarter ou Bunkr, nous ont permis de mieux comprendre l’écosystème local de l’entrepreneuriat. Vous devez faire rêver les investisseurs si vous souhaitez avoir votre chance. La compétition y est très rude pour entreprendre et vous devez être meilleurs que les meilleurs américains si vous souhaitez vous démarquer en tant que français. Malgré cela, cette ville fait partie des endroits dans le monde où vous pouvez trouver les meilleures ressources pour concrétiser vos idées. Qui sait, peut-être que HeavyM y trouvera sa place un jour ?