La vidéo du Digitalk Open Innovation: collaborer à l’ère du digital

Retour en vidéo du Digitalk Open Innovation: collaborer à l’ère du digital qui s’est déroulé le 13 octobre 2016 sur le campus de Boulogne.

Digiprize 3ème édition, le révélateur de talents digitaux

post_type-twitter et facebook

L’ESSCA et son Institut du Marketing Digital organisent la troisième édition du Digiprize, le concours qui récompense les idées et innovations digitales des jeunes. Pendant 3 mois, jusqu’au 22 janvier 2016, les porteurs de projets âgés de 17 à 25 ans sont invités à déposer leur idée de concept sur le site http://digiprize.essca.fr ou à relever l’un des défis lancés par les plus grandes marques à l’instar de Cisco, Uber, L’Oréal, Le Figaro Etudiant, ou Sony Music… Au total, 14 prix seront décernés lors de la grande soirée Digiprize !

La mission du Digiprize : révéler les talents du digital qui bâtiront le monde de demain

Pionnière dans la formation en marketing digital, l’ESSCA est déjà à l’origine de nombreuses initiatives visant à stimuler simultanément l’innovation, le digital, et l’entrepreneuriat chez les jeunes, avec entre autres un incubateur sur ses campus d’Angers et de Paris ; un Mastère Spécialisé Management digital et stratégie de marque orienté vers la transformation digitale des entreprises ; ou encore le mois dernier le lancement du Mooc « Creative Box ».
Cette année, plus de 10 secteurs sont à l’honneur. Les participants pourront ainsi relever les défis du secteur bancaire avec la BANQUE POPULAIRE ATLANTIQUE, des télécoms avec CISCO, du marketing et des études avec L’INSTITUT CSA, de la presse avec LE FIGARO ETUDIANT, des cosmétiques avec L’ORÉAL, de l’environnement avec SO DIGITAL, de l’entrepreneuriat avec SILICON VALLEY.FR, de l’éducation avec YNOV et ESSCA, et de la musique avec SONY MUSIC.
L’économie collaborative s’invite également au Digiprize #3 avec les défis lancés par UBER et CREADS.

Digiprize : En 2 ans, déjà près de 200 projets mis en lumière !

Depuis 2013, le Digiprize rencontre un fort succès auprès des jeunes entrepreneurs en devenir. Avec plus de 20 000 participations enregistrées et près de 200 projets propulsés en 2 ans, la génération Y déborde d’idées innovantes, comme Etienne, Arnaud et Romain, les grands gagnants du Digiprize #2 avec leur projet HeavyM, un logiciel de vidéo-mapping pour les amateurs et semi-pros de l’audiovisuel.

« Grâce au Digiprize, nous avons gagné en visibilité et en crédibilité auprès de notre cible. Nous avons aujourd’hui plus de 16 000 utilisateurs provenant du monde entier, principalement aux USA, en Europe et au Japon, et nous sommes actuellement à la recherche d’investisseurs pour lever des fonds”, souligne Arnaud.

Les pépites du Digiprize #3 seront récompensées lors de la remise des prix le 15 février 2016, parrainée par David Abiker, en présence de l’ensemble des partenaires. Le Grand Prix de cette année: un voyage de 10 jours au cœur de la Silicon Valley à San Francisco. Un Prix Coup de Cœur ESSCA sera également distribué, avec à la clé, un séjour d’une semaine à Shanghai. Le Prix international (nouveauté cette année) sera décerné à un projet sélectionné parmi les étudiants de l’une des 181 universités partenaires de l’ESSCA. Le projet gagnant remportera un voyage à Paris ainsi qu’une place dans le Summer Session de l’ESSCA « Stra tegy & digital culture, innovation & new markets ».

DIGIPRIZE 2 -Prix coup de coeur ESSCA, Printolia, en voyage à Shanghai

 

sh

Après une soirée de remise des prix orchestrée par David Abiker ou notre projet a été primé coup de cœur de l’ESSCA, nous nous sommes envolés à Shanghai pendant dix jours. L’occasion pour nous de découvrir une ville fascinante, nous permettant de voir et de comprendre l’envolée spectaculaire de la Chine.
sghAprès un vol de 12h avec China Eastern, nous voici arrivés à Shanghai ! Après avoir fait tamponner nos passeports et récupéré nos valises, direction la ville ! L’aéroport de Pudong est situé à 60 kilomètres du centre-ville, une distance rapidement parcourue grâce au Maglev, un train à sustentation magnétique reliant l’aéroport au métro Shanghaien en seulement 8 min à la vitesse de 450 km/h ! Le premier contact avec la ville est saisissant. A 7h du matin, la température était de 30° et l’humidité frôlait les 80% ! Notre hôtel se trouvait près de Huaihuai Lu, la deuxième plus grande rue commerçante de Shanghai, au cœur de l’ancienne concession française.

Ce qui frappe en premier à Shanghai, c’est la façon dont se développe la ville. Les plus grandes marques sont présentes dans des rues commerçantes qui rivalisent avec Times Squares ou les Champs-Elysées, à seulement quelques mètres des habitations et des commerces les plus modestes. Les premiers jours dans Shanghai sont impressionnants à causes de ce décalage. Nos premiers pas nous menèrent au cœur de la concession française, au parc Fuxing. Après avoir visité la concession française, nous avons visité le musée de Shanghai, avant de nous rendre à People Square puis sur le Bund en passant par Nanjing Road, une grande rue commerçante sur plusieurs kilomètres ou toutes les grandes marques occidentales sont présentes. Nanjing Road permet de prendre conscience de l’envolée économique de la Chine, de par son contraste avec le reste de la ville. Les activités ne manquent pas à Shanghai tant la ville est grande. La culture Chinoise est mêlée à la culture occidentale, fruit d’une présence des européens pendant plusieurs décennies. Il n’est donc pas rare de trouver des références culturelles européennes à l’autre bout du monde.sgha
Chaque jour à Shanghai apporte son lot de découvertes surprenantes : Un réfrigérateur américain livré en vélo, des nuées de Ferrari roses, des centres commerciaux flambants neufs, mais dont les deux tiers sont vides, des marchés de faux sur 5 étages ou directement sous le musée des sciences de la ville, rien n’est impossible à Shanghai !

L’un des points les plus impressionnants est l’avancée digitale par rapport à l’Occident. Alors que nous commençons à envisager de payer via Apple Pay ou NFC, une grande partie de la population paye déjà via sa tablette ou son smartphone, notamment grâce à l’application AliPay (Alibaba) ou via WeChat, le réseau social local. Les possibilités qu’offre WeChat en Chine sont bien plus avancées que ce que l’on peut trouver sur nos réseaux sociaux, car outre la partie sociale, il est possible de faire des virements avec ses contacts, de commander un billet d’avion ou réserver un taxi.

sghan
Nous avons eu la chance de rencontrer Thomas, ancien de l’ESSCA et fondateur d’IT CONSULTIS. Son entreprise est spécialisée dans la création de site web pour des grandes marques internationales à destination du marché chinois. C’est ainsi que nous nous sommes rendus dans ses bureaux, au milieu du quartier français. Après une présentation de notre projet, puis d’IT CONSULTIS, nous sommes allés profiter de la vie nocturne dans le quartier des expatriés, ce qui fut pour nous l’occasion de rencontrer d’autres français qui nous firent part de leurs expériences à Shanghai. C’est ainsi que nous avons rencontré Yohan, qui travaille pour une entreprise de consulting en marketing web. Son travail est d’accompagné de grands groupes d’horlogerie sur leurs stratégies web. Par la suite, Yohan nous a fait découvrir le rooftop du Peninsula Hotel, avec vue imprenable sur le Bund et la Pearl Tower. Un cadeau inoubliable et qui restera gravé longtemps ! Merci Yohan !
L’impression 3D n’est pas en reste dans notre voyage : suite au conseil de Thomas, nous nous sommes rendus dans un hackerspace appelé Xinchejian ou nous avons pu rencontrer des personnes travaillant sur l’impression 3D.
Ce voyage fut donc pour nous une opportunité unique de partir à la découverte d’un pays qui a grandement évolué, et très différent de l’image qui nous en est montrée en Europe. Nous avons eu la chance d’être plongés au cœur d’une ville riche et bouillonnante d’idées et d’innovations. Les rencontres que nous avons faites étaient passionnantes.

sghangh
Nous souhaitons remercier les organisateurs du concours Digiprize pour cette opportunité unique qu’ils nous ont offerte et pour leur soutien vis-à-vis de notre projet.
Si vous lisez ces lignes et souhaitez participer à l’édition 3 du Digiprize, nous n’avons qu’un conseil : Lancez-vous ! Le jeu en vaut largement la chandelle …